Bienvenue à Berneuil !



Un peu d'histoire...

Appelé Bernoldiacum dans les textes anciens, Berneuil signifierait « l’œil de Bernard » ou « appartenant à Bernard », probablement en raison du nom de son premier seigneur : Bernard de Saint-Valéry à la fin du XIe siècle.

La commune qui compte aujourd’hui près de 250 habitants en comptait plus de 600 à la fin du XVIIe siècle et dépassait même les 880 habitants en 1865.

Cet accroissement soudain serait dû l’emplacement de la commune sur un plateau, favorable à la culture de lin et à sa proximité avec les réseaux ferroviaires allant sur Abbeville, Amiens, Doullens et Frévent.


Saint-Valéry, le Crotoy et …. Berneuil

Le premier seigneur de Berneuil, Bernard de Saint-Valery, fit construire des châteaux-forts sur ses terres de Berneuil, Domart et Bernaville afin de se protéger de son rival le comte Jean de Ponthieu. Ce dernier, qui faisait fortifier Le Crotoy en face de Saint-Valery, créa une tension entre les deux seigneurs qui commencèrent à se faire la guerre. Le roi Louis VII le Jeune s’interposa en les faisant comparaitre afin qu’ils justifient de leurs droits respectifs. Il jugea que la querelle serait terminée par un duel, tel était alors l'usage.

Comme Berneuil, Domart et Bernaville relevaient de l'abbaye de Corbie depuis le VIIe siècle, suite à une donation de Clotaire III, l'abbé de Corbie demanda à ce que le duel se tienne en sa ville.

 

Le jour de la confrontation, de nombreux seigneurs faisant partie de l’entourage respectif réussirent à les réconcilier avant qu'ils ne descendent au champ clos où devait avoir lieu le duel. Cet accord permit ainsi d’éviter que leurs différends n'ensanglantent une partie de la Picardie.

 

L’église Saint-Pierre

L'église, classée aux Monuments Historiques en 1921, est construite en pierre de taille et dominée par un imposant clocher-porche. On découvre, au dessus de la porte latérale, un calvaire en bois de 1847.

Mais ce qui fait la renommée de l’édifice, c’est sa cuve baptismale en plomb du XIIe siècle où l’on aperçoit l’apôtre Saint Pierre, représenté dans un décor de feuillage stylisé, reproduit à cinq reprises.

L’ensemble repose sur un socle en pierre à huit pans et est surmonté par couvercle en bois du XVIe siècle habilement sculpté, remplaçant celui d’origine.

 

L’ancien asile de nuit

En 1886 sont promulguées les premières grandes lois d’assistance à la personne. Les mendiants, les vagabonds et les sans-abris sont regroupés dans une seule catégorie : les pauvres. Il est alors recommandé, dans toutes les communes du monde rural, de leur mettre à disposition un asile de nuit. Cet ancien abri est toujours visible sur la place du village et sert de lieu de stockage pour la commune.

 

Curiosités

A l’extérieur du village, surplombant la vallée, parcourez le cimetière de Berneuil et découvrez sa chapelle ou encore la tombe d’Amédée Guidé, soldat de la Loire au 8e régiment de Dragons. 

Non loin de là, vous remarquerez dans une pâture les vestiges de blockhaus allemands datant de la Seconde Guerre Mondiale. Ils jouxtaient une rampe de V1 et l’on raconte qu’un dimanche, à l’heure de la messe, un V1 fut tiré ; il tourna en rond et s’abima dans la campagne sans faire de dégâts.


Tableau de bord